04 mai... et ça continue....

Ce matin, Eric s'est levé avant moi... Il a déjeuné et puis direction la salle de bain.

Albane est venue me chercher (reveil en fanfare) car Eric m'appelait (moi j'entendais rien sans mes appareils). Levée en catastrophe, j'ouvre la porte qui bute dans Eric qui est assis par terre.... Il sent une crise venir... Nous attendons et elle ne tarde pas, effectivement, à arriver.... Encore une généralisée, avec spasmes... J'attends qu'elle passe en maintenant Eric car il est vraiment secoué avec les convulsions. Il reprend connaissance assez rapidement mais n'arrive pas à se lever, il ne commande plus ses jambes. Nous attendons une bonne dizaine de minutes avant qu'il puisse enfin m'aider à le relever, l'espace dans la salle de bain étant restreint, c'est d'autant plus difficile qu'il n'a pas de prise, qu'il est lourd.... Encore un moment ou je me sens seule et démunie car je n'ai pas assez de force pour le relever sans qu'il m'aide un tant soi peu..... Nous nous sentons nul (lui de ne pouvoir m'aider, moi de ne pouvoir l'aider).

Il arrive enfin à se mettre debout... Je l'aide à se coucher. Je lui donne un Urbanyl....

Il dort depuis....

J'ai appelé le neurologue qui doit me rappeler... Je me demande bien ce qu'il va faire puisqu'on a augmenté le lacmital le 24 avril...

Je travaille cet après midi, autant vous dire que je ne pars pas l'esprit tranquille....

Je suis fatiguée. Fatiguée de voir Eric subir ces crises sans rien pouvoir faire. Fatiguée de voir Eric s'éteindre doucement, sans rien pouvoir y faire. Le moral baisse encore, il laisse plus ou moins tomber j'ai l'impression. Il n'essait plus de parler... S'énerve quand je ne comprend pas.... Un fossé se creuse... Et moi je n'ai plus la force de le retenir.... Plus la force de lui parler pour l'aider. A peine la force de me porter moi et de continuer à vivre.

J'en ai parlé aux psy divers que nous voyons. L'aide est ponctuelle, le temps d'un rendez-vous. Ensuite, nous nous retrouvons à nouveau seul.... face à tout ça.

Faire face.... Tenir bon.... mes forces et celles d'Eric s'amenuisent. Nous nous enfonçons doucement mais surement.... Faut il toucher le fond pour remonter un jour ? Qu'allons nous trouver au fond. Saurons nous remonter.... En aurons nous la force et l'envie, sachant toutes les difficultés que la vie nous réserve encore...

Envie de déposer les armes...

épilepsie

Commentaires (2)

Célina
  • 1. Célina | 06/05/2016
de tout coeur avec vous ! Gardez espoir ! Les difficultés rencontrées et surmontées vous rendent plus forts chaque jour ! Soyez confiants, vous y arriverez ! Gros bisous <3
Caroline
  • 2. Caroline | 04/05/2016
Bonsoir à toi,à vous...
Bon courage

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.