10 mai.... calme apparent..

Je suis comme un capitaine sur un bateau, je veille au grain... je suis en alerte, je scrute l'horizon car je sais que l'orage grondera mais je ne sais pas ou, ni quand..... C'est difficile de vivre comme ça.... Fatigué, on fini par lâcher du lest, on somnole un peu, on est moins vigilant et... c'est à ce moment là, que vous êtes surpris par l'assaut..........nous vivons comme ça au quotidien. Dans l'angoisse sous-jacente. Du calme à la tempête, le quotidien peut basculer. On essait de faire des projets à court ou moyen terme, en sachant que tout peut être annulé... Nous sommes fatigués moralement, usés....

Nous sommes aidés, psychologiquement l'un comme l'autre. Il est difficile d'aider Eric, du fait de l'aphasie mais au moins aujourd'hui, il a une prise en charge, aussi ténue soit-elle. Je continue à penser qu'il y a un gros problème de soutien psychologique aux personnes ayant subi un AVC et particulièrement, aux personnes aphasiques. L'AVC en lui-même est déjà un drame. L'aphasie une horreur. Imaginez que vous vous retrouviez du jour au lendemain, paralysé d'un coté du corps et qu'en plus, vous ne pouvez plus parler. Vous êtes enfermés dans un corps qui ne vous obéit plus. Et vous ne pouvez extérioriser votre terreur. Imaginez vous la peur qu'on peut ressentir ? Moi je n'ose même pas l'imaginer car celà me fait mal de penser qu'Eric puisse autant souffrir psychologiquement. Il se retrouve face à lui-même. Sa force intérieure est son sauveur. Sinon il serait mort. Je pense qu'il se serait suicidé s'il n'avait pas eu cette force en lui. Rien n'est gagné. On fait des pas en avant, et beaucoup de sur place....

Quand à moi ? Au boulot machinalement les gens me disent : bonjour Fred, ça va ? Parfois oui, ça va .... et d'autres fois, ça ne va pas....  Mais en général je m'en tiens à un : "ça va doucement".... que répondre autrement ? Je ne saute pas de joie au quotidien. Le quotidien est difficile. Lourd. Je ne m'étale pas trop car je sais que chacun a ses problèmes...

Le travail me fait du bien. Souvent j'y arrive d'humeur triste et au fur et à mesure de la journée, ça va mieux.... j'oublie un peu "le reste"... Quand je rentre à la maison... parfois j'ai peur... de retrouver tout ça...

La vie ne sera plus comme avant. Il faut oublier avant. Faire le deuil d'avant.

Aphasie hémiplégie avc épilepsie

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×